image
Le Premier Ministre d'Haïti critique la corruption dans l'État et agira contre elle

Port-au-Prince, Haiti : Le Premier Ministre d'Haïti, Garry Conille, a dénoncé ce jeudi la mauvaise gouvernance, le manque de transparence et la corruption qui gangrènent l'administration publique du pays et qui rendent l'État « complètement inefficace », et a annoncé un série de mesures visant à restaurer la confiance des citoyens dans leurs dirigeants.
« Jusqu'à 30 % des agents de l'État reçoivent de l'argent de l'État sans être réellement au travail. Ce sont des choses que nous sommes obligés de corriger immédiatement, et nous allons prendre des mesures pour tout corriger », a déclaré Conille lors d'une conférence de presse à Port-au-Prince, après l'investiture de deux nouveaux membres de son cabinet.
Ces membres sont Marie Chantal Dumay, ministre déléguée auprès du Premier ministre chargée de l'assainissement des institutions de l'État et de la lutte contre la corruption et l'impunité, et Hervil Gaspard, ministre délégué chargé de la Solidarité et de l'Humanitaire.
« Nous nous engageons à prendre des mesures dans les plus brefs délais pour promouvoir la transparence. Nous allons faire un suivi immédiat pour garantir la participation de la population», a déclaré Conille, qui a promis qu'il ferait tout son possible pour restaurer la confiance des citoyens dans le Gouvernement.
Haïti, plongé dans une crise
Le pays est confronté à des problèmes de sécurité, humanitaires et de relance économique, "nous avons un Etat qui ne livre pas de marchandises, qui ne fournit pas de services et qui est incapable de jouer son rôle", a déclaré le Premier ministre.
Conille, qui a pris ses fonctions il y a huit jours, a souligné qu'« il existe un problème de mauvaise gouvernance et de corruption enraciné jusque dans la structure de l'État », qui le rend « totalement inefficace ».
Le Premier Ministre d'Haïti, Garry Conille, s'exprime lors d'une conférence de presse, ce jeudi à Port-au-Prince (Haïti). EFE/Johnson Sabin
Selon lui, Haïti a besoin d'un État qui ne soit pas tolérant, qui n'admet pas la corruption et qui soit capable de créer un autre type de gouvernement.
En ce sens, Conille assure que "la population doit avoir le sentiment qu'il existe un État qui travaille en sa faveur", a déclaré Conille, qui a annoncé une série de mesures dans les prochains jours pour que tout cela change, comme la réorganisation de la distribution de cartes de débit et la mise en œuvre d'une stratégie nationale de lutte contre la corruption, entre autres.
Selon lui également, "la réussite de la transition est étroitement liée au rétablissement de la confiance de la population dans son Gouvernement et dans l'Etat".
« Nous nous engageons à prendre des mesures rapides en matière de transparence. Nous allons faire un suivi (…) pour garantir que l'opinion publique participe et comprenne ce que nous faisons, pourquoi nous le faisons et comment nous pouvons donner ces garanties », a conclu le Premier ministre d'Haïti.
Depuis plusieurs années, Haïti est plongé dans une crise et une spirale de violence aux mains de bandes armées et attend l'arrivée de la mission de soutien sécuritaire, dirigée par le Kenya, qui a l'aval de l'ONU.

0 Comment


Leave a Reply